colline verte

Mazamet est depuis des siècles le théâtre de nombreuses conquêtes dont en témoignent le village médiéval, les temples et les églises de la ville.

Hautpoul, village médiéval

Accroché à son piton rocheux, dominant la ville de Mazamet de plus de 300 m, le village d'Hautpoul garde l'entrée de la Montagne Noire et de ses vastes forêts. Selon la légende, Hautpoul aurait été fondé en 413 par un roi wisigoth. Théâtre de sanglantes guerres de religion (croisade contre le catharisme, querelles entre catholiques et protestants), Hautpoul se vide peu à peu de ses habitants qui s'installent dans la vallée de l'Arnette et fondent la ville de Mazamet.
Aujourd'hui, le village connaît une nouvelle jeunesse : quelques vieilles maisons accueillent des artisans et leurs ateliers, l'Association de la Rocque d'Hautpoul fait revivre l'époque médiévale à travers un petit musée sur les arts et pratiques du moyen-âge et des animations notamment pendant la période estivale (déambulations nocturnes, reconstitutions historiques, concours d'archerie). Des panoramas exceptionnels sur la vallée de l'Arnette et la ville de Mazamet s'offrent à la vue du promeneur depuis le rocher de la Vierge ou les terrasses du vieux château.

Pour approfondir encore la connaissance de ce site et de son histoire, l'Office de tourisme propose des visites guidées nocturnes à la lueur des flambeaux (sur réservation au 05.63.61.27.07 de mi juillet à mi août).

LES EGLISES

Eglise du village d’Hautpoul

Eglise en ruines, primitive des paroisses de Mazamet, érigée sur une colline enserrée dans un méandre de la rivière Arnette entre la Ville et le Moulin de l'Oule.
Elle est desservie par "Lou Cami Ferrat" ou chemin de la Jamarié accessible depuis le centre ville (GR36, balisé en rouge et blanc).
C'est en 1253 que Jourdain de Saissac la dénomme "Saint Sauveur d'Hautpoul".
Il n'en reste aujourd'hui que des ruines, en partie restaurées. Etat de la plupart des anciens édifices religieux de la région détruits par les Huguenots (Protestants) ce qui est le cas pour Saint Sauveur d'Hautpoul en 1574 à l’aide d’une couleuvrine (petit canon) dès lors baptisée par les Catholiques « le Casse-Messe ».

Eglise St Sauveur

Aprés la destruction de Saint Sauveur d'Hautpoul, les protestants dominent la région pendant prés de deux siècles. En 1665, on compte 1732 protestants et seulement 314 catholiques qui utilisent alors l'église Saint Jacques à l'époque Saint-Tsames qui devient en 1805 temple de l'Eglise Réformée.
Au XVIIIème siècle, le développement de l'activité textile attire une population rurale majoritairement catholique c'est alors qu'est décidée la construction de l'actuelle église Saint Sauveur (1740).
L'austérité de ses extérieurs confirmée par sa façade sobre et "carrée" et son allure massive contraste avec la polychromie de ses intérieurs révélée dans les fresques de l'artiste peintre Régagnon.
A noter la présence d'un véritable orgue de Cavaillé Coll (1873).

Eglise Notre Dame

L’essor économique de la ville lié au développement du délainage provoqua un accroissement considérable de la population mazamétaine qui doubla en moins de 50 ans pour atteindre plus de 14 600 habitants en 1886. Cette venue massive d'une main d'œuvre provenant des campagnes avoisinantes, essentiellement catholique, fit envisager la construction d'un second lieu de culte : l'église Notre-Dame. Eglise Néo gothique 1872 où sont exposées 14 sculptures d’Antoine ALOS retranscrivant la Passion du Christ. Les vitraux ont été réalisés par les moines d’En Calcat.

Eglise du Sacré Cœur de Bonnecousse

L’idée de construction d’une église à Bonnecousse est partie d’un vœu formulé le 9 juin 1945, jour de fête du Sacré-Cœur, pendant l’occupation allemande : « si Mazamet est épargné de la barbarie nazie, il sera construit une église dédiée au Sacré Cœur. ».
L'église est conçue en 1959 par l'architecte Joseph Belmont et les ingénieurs Jean Prouvé et Serge Ketoff. La conception lithurgique est réalisée par les pères dominicains de la revue "Art sacré". Protégée du vivant de l'architecte, cette église allie tradition, élégance et recherche dans les techniques de construction. Elle est inscrite aux Monuments historiques label XXème siècle, depuis 2001.

Notre Dame de Sanguinou

Cette chapelle romane du XIème siècle située sur le causse de Caucalières est considérée comme le plus ancien sanctuaire du département. Dernier dimanche d’août, pèlerinage et messe.

LES ORGUES

Découvrez les orgues de Mazamet, tous fabriqués par les ateliers Cavaillé Coll, au temple de l'oratoire, à l'église St Sauveur et l'église Notre Dame. Le festival "Autan en emportent les orgues", organisé chaque année en août, permet de redécouvrir les 3 orgues de notre ville avec des initiations et des concerts.

 

LES TEMPLES

Temple St Jacques

Ce temple était à l'origine une église catholique fondée au XVIème siècle et qui fut donnée à la communauté protestante. Cette dernière bien que représentant une forte population du secteur, ne disposait pas de lieu de culte. Son nom est dû à sa situation sur une variante du chemin de St Jacques de Compostelle. A remarquer également son clocher qui servit de prison à un célèbre détenu Paul Sirven.

Temple Neuf

Lors de la construction de l’Eglise Notre Dame, la municipalité, soucieuse de préserver la bonne entente des communautés, décida de bâtir un second temple. C'est ainsi que le Temple Neuf, dont vous pouvez admirer la façade néo-classique, fut bâti au cœur du quartier de la Sagne, principalement habité par une population industrielle protestante. La diminution de cette dernière et les importants frais d’entretien intérieur (l'extérieur étant entretenu par la municipalité) qui leur incombaient obligea celle-ci à le rendre en 2002 à la Mairie. De nosjours, cet édifice a perdu sa vocation religieuse. La municipalité en ayant désormais la charge envisage d'en faire un centre culturel.

Temple de l’Oratoire

Secrétariat et lieu de culte de l’église protestante, ce temple sert aussi de salle de concert lors du festival d’orgues.